Nous avons détecté que vous utilisez une langue différente. Voulez-vous changer la version linguistique en :

Choisissez un autre
lang background
chargement en cours

Comment réduire son empreinte carbone en changeant de fenêtres ?

La prise de conscience écologique se généralise. Les nouvelles lignes directrices de la Commission européenne, prévoyant la décarbonation complète de la construction d'ici à 2050, posent toutefois un certain nombre de défis, tant pour les décideurs que pour l'ensemble du secteur. Dans ce contexte, DAKO - entreprise polonaise verte - continue sa quête de décarbonation.

On ne vous apprend rien, mais les bâtiments résidentiels et commerciaux utilisent de grandes quantités d'énergie. La consommation d'énergie résidentielle représente 11 % de l'ensemble des émissions françaises de gaz à effet de serre (GES). Le logement se trouve cependant dans une position unique : les habitations contribuent au réchauffement climatique, mais nous protègent également des méfaits qu'il engendre. Les bâtiments résidentiels consomment de l'énergie pour la climatisation, le chauffage, l'éclairage, la réfrigération, le lavage du linge et de la vaisselle, la cuisson, le chauffage de l'eau et les appareils ménagers. Pourtant, parmi les émissions directes des ménages, le chauffage reste le principal poste émetteur de CO2 en 2018, avec 82 % du total (émissions de CO2 issues du chauffage au bois non comptabilisées).

Changer de fenêtres pour réduire son empreinte carbone

Les normes d'efficacité pour les équipements et le renforcement des codes du bâtiment ont contribué à améliorer considérablement l'efficacité énergétique dans le secteur. La réduction des émissions de CO2, liées à l'usage des logements, observée ces dernières années, résulte en grande partie d'une diminution des consommations d'énergie au m2. Cette diminution traduit la meilleure isolation du parc de logements français.
Les menuiseries extérieures (fenêtres, portes, baies vitrées, porte de garage, etc.) ont un rôle essentiel dans la performance en matière d’isolation d’un bâtiment. En effet, changer ses fenêtres, c'est réduire jusqu'à 15 % des pertes de chaleur et, par la même occasion, son empreinte environnementale. Le changement des fenêtres constitue une solution efficace, rapide et parmi les plus économiques, avec à la clé un impact significatif sur le bilan énergétique de votre logement.

Les défis de la décarbonation

Au cours de leur vie, les bâtiments passent par plusieurs phases, de la conception à la construction, en passant par l'exploitation et la modernisation. Les personnes qui construisent un logement, le possèdent et/ou l'occupent varient elles aussi.
À chaque étape et pour type de client, il existe des possibilités d'améliorer l'efficacité énergétique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) : conception d'un bâtiment pour utiliser davantage d'éclairage naturel, choix de matériaux de construction ayant une empreinte carbone moindre, modification du comportement des consommateurs ou planification de rénovations importantes pendant la durée de vie du bâtiment.
Si sur le papier, ces options paraissent évidentes, il reste toutefois une batterie d’obstacles à surmonter en vue de leur adoption par le plus grand nombre :

  • Prix trop élevé ;
  • Manque de sensibilisation du consommateur ;
  • Manque de sensibilisation des constructeurs/installateurs ;
  • Manque de disponibilité des produits ;
  • Préoccupation du client et du constructeur concernant le coût et la performance des produits, etc.

L’impact écologique de la menuiserie

Ce n’est pas tout ! PVC, Bois, aluminium ou mixtes : quel matériel choisir ? Si les fabricants de fenêtres de Pologne rivalisent d’innovation pour maximiser les performances énergétiques de leurs menuiseries, le choix est souvent laissé à un client peinant à naviguer à travers le flot d’informations.
L’empreinte écologique de la menuiserie est généralement calculée en fonction du mode de fabrication, de sa capacité à être recyclée et du rejet de CO2 de son mode de transport. En effet, lorsque l’on prend en considération les ressources nécessaires à la fabrication des menuiseries, l’impact environnemental est largement différent selon le matériau utilisé.
Le PVC est une matière première non renouvelable. Sa part de recyclage reste modeste et coûteuse et est à l’origine de problèmes en fin de vie (émission de polluants lors de l’incinération ou dispersion de métaux lourds en décharge).
Le recyclage de l’aluminium est, lui, beaucoup mieux maîtrisé. Toutefois, la fabrication de menuiseries aluminium implique la consommation d’une grande quantité d’énergie.
Enfin, le bois est une matière première naturelle renouvelable, à faible impact sur l’environnement… pour peu qu’il respecte les normes et circuits réglementés par l’Union Européenne.

L’engagement DAKO pour l’environnement

Ce n’est pas tout ! PVC, Bois, aluminium ou mixtes : quel matériel choisir ? Si les fabricants de fenêtres de Pologne rivalisent d’innovation pour maximiser les performances énergétiques de leurs menuiseries, le choix est souvent laissé à un client peinant à naviguer à travers le flot d’informations.
L’empreinte écologique de la menuiserie est généralement calculée en fonction du mode de fabrication, de sa capacité à être recyclée et du rejet de CO2 de son mode de transport. En effet, lorsque l’on prend en considération les ressources nécessaires à la fabrication des menuiseries, l’impact environnemental est largement différent selon le matériau utilisé.
Le PVC est une matière première non renouvelable. Sa part de recyclage reste modeste et coûteuse et est à l’origine de problèmes en fin de vie (émission de polluants lors de l’incinération ou dispersion de métaux lourds en décharge).
Le recyclage de l’aluminium est, lui, beaucoup mieux maîtrisé. Toutefois, la fabrication de menuiseries aluminium implique la consommation d’une grande quantité d’énergie.
Enfin, le bois est une matière première naturelle renouvelable, à faible impact sur l’environnement… pour peu qu’il respecte les normes et circuits réglementés par l’Union Européenne.

L’engagement DAKO pour l’environnement

Chez DAKO, depuis près de 30 ans, nos équipes ont assimilé le principe de l’économie circulaire, de l’approvisionnement des matériaux de proximité et de la construction « bio-sourcée ». Dans le même temps :

  • Nous avons obtenu la certification ISO 14001, qui définit les critères d'un système de management environnemental, pour notre engagement pro-écologique ;
  • Nous nous sommes engagés à réduire au minimum la quantité de déchets de production ;
  • Pour nos fenêtres polonaises en PVC, nous utilisons des profilés fabriqués en partie à partir de granulés recyclés ;
  • Pour nos fenêtres et portes en bois, nous utilisons du bois provenant de forêts durables, certifié par le label écologique PEFC.

Pour nous, notre engagement dans la menuiserie « verte », n’est pas qu’un argument marketing ! Il est synonyme de confort, d’économies d’énergie et de valorisation immobilière pour nos clients sensibles aux questions environnementales.

 

 

 

 

 

 

Vous pourriez également être intéressé par:

Préférences relatives aux cookies
Mesdames et Messieurs, notre site utilise des cookies. Vous pouvez spécifier les conditions de stockage ou d'accès aux cookies dans les paramètres.
Préférences relatives aux cookies
Utilisation de cookies

Cher utilisateur, notre site utilise des cookies. vous pouvez définir les conditions de stockage ou d'accès aux cookies. Pour plus d'informations sur les cookies et autres données sensibles, veuillez consulter notre Politique de confidentialité  et le RGPD.

Plus d'information

Si vous avez des questions sur notre politique en matière de cookies, n'hésitez pas à nous contacter.